Jeux vidéo: La légende de Zelda

Par manga - 20/02/2014

Avant de devenir la légende de l'ère ludo-numérique, la série The Legend of Zelda a fait ses débuts sur Famicom, l'équivalent japonais de notre NES occidentale. Née en 1986, cela fait bientôt trente ans que le petit elfe à la tunique verte sillonne les terres d'Hyrule. Seul ou sur son destrier, il a bravé des ennemis redoutables, traversé des donjons dangereux, résolu des énigmes toujours plus retorses et souvent sauvé le monde. Pour cette première partie de notre dossier consacré à la saga, nous avons souhaité revenir sur la genèse de cette licence qui a changé à tout jamais le monde du jeu vidéo. Autrefois, il fallait rivaliser d'ingéniosité pour immerger le joueur dans des épopées fantastiques, malgré des graphismes et des sons archaïques. Direction les années 80, à une époque où les développeurs codaient sur des ordinateurs aux lignes blanches et vertes. Bienvenue dans le monde de Nintendo, une petite société familiale qui va alors devenir un véritable géant.

Zelda, un nom prédestiné

Sortie en 1983, la Famicom, première console de Nintendo, est devenue un véritable phénomène de société au Japon. Grâce à une politique agressive et des jeux de qualité, la petite rouge et blanche s'est peu à peu imposée dans le cœur des joueurs de tout âge. Étoile montante de la firme, le jeune Shigeru Miyamoto imagine alors un jeu d'aventure qui va bouleverser toutes les habitudes. Un jeu inspiré par un célèbre auteur américain : Francis Scott Fitzgerald. C'est en s'intéressant à la vie de cet homme que le jeune japonais va remarquer un nom : Zelda, qui n'est autre que l'épouse de l'écrivain.

"Le nom Zelda m'a immédiatement inspiré car il représentait à merveille ce que je recherchais. C'est à dire un nom qui représente une femme éternellement belle et forte. C'était un nom absolument parfait donc nous l'avons choisi."

The Legend of Zelda narre les péripéties de Link, un petit elfe qui doit sauver la monde d'Hyrule et la Princesse Zelda. A l'aide de son épée, il arpente de multiples plaines (à l'époque, le découpage du jeu se fait écran par écran) et des grottes aussi dangereuses que mystérieuses. Depuis toujours, Shigeru Miyamoto s'inspire de ses souvenirs d'enfance pour élaborer les idées de ses jeux. Par exemple, le célèbre chien boulet (Chomp-Chomp) de Super Mario Bros. 3 vient d'un souvenir douloureux. Lorsqu'il était enfant, il jouait dans la rue et un chien s'est rué sur lui. Si bien que des années plus tard, il a imaginé ce drôle d'ennemi afin de se "venger". Pour The Legend of Zelda, il a imaginé une aventure qu'il aurait aimé vivre étant enfant. S'avancer à l'orée d'une forêt et plonger dans l'obscurité d'une grotte. Enfin pas tout à fait, puisque Shigeru Miyamoto a toujours eu peur de pénétrer dans des endroits trop sombres. Via The Legend of Zelda, il permettait de briser cette "phobie" et de découvrir des endroits merveilleux.

Petit Link deviendra grand

L'une des choses intéressantes à savoir, c'est que Super Mario Bros. (le tout premier) et The Legend of Zelda ont été imaginé en même temps. Sur un cahier, au fil des jours, Miyamoto-san ajoutait des idées additionnelles pour chacune de ses futures productions. Même si celles-ci n'avaient pas encore de noms définitifs, elles se sont construites au fil du temps. Mais par son envergure, le jeu avec Mario était plus simple à terminer en premier. Une fois que ce hit fut terminé, l'équipe de Miyamoto s'est tout de suite tournée vers Zelda et ils ont décidé de finaliser le jeu.

"Avec Zelda, nous avons essayé de créer un scénario qui pousse le joueur à utiliser son cerveau pour se sortir de situations a priori inextricables."

Dire que le créateur japonais avait de la pression est un doux euphémisme. En effet, en occident, The Legend of Zelda est un jeu comme un autre (si on excepte la cartouche dorée) mais au Japon, il s'agissait du tout premier jeu pour le Famicom Disk System, le fameux accessoire à disquettes de la console. En cas d'échec, le Disk System aurait probablement eu du mal à percer, donc le succès du jeu a rassuré toute l'équipe. L'une des grandes forces de The Legend of Zelda est de proposer un personnage qui évolue dans un monde ouvert, presque organique pour l'époque. Qui plus est, le personnage débute en étant très jeune et puis, au cours de sa progression, il gagne en maturité et devient plus fort.

Une technique qui se surpasse

Comme le dit Shigeru Miyamoto :

"Le hardware de la Famicom avait des possibilités très faibles en matière de reproduction d'images, donc le plus gros challenge du jeu a été de créer différents types d'ennemis qui s'adaptent à ces capacités graphiques limitées. Par exemple, nous n'avons pas hésité à inverser l'image de certains ennemis pour en créer d'autres. J'ai passé beaucoup de temps à dessiner des monstres à la main. Avec du recul, et en me remémorant les limitations du hardware, je pense que ce que nous avons réalisé était vraiment pas mal pour l'époque."

En regardant le jeu aujourd'hui, on peut se demander si tout cela n'est pas un peu exagéré, mais il faut se souvenir que la Famicom (et donc la NES) embarque du matériel qui date du début des années 80. Le résultat atteint par The Legend of Zelda est donc assez exceptionnel. L'expérience ultra immersive a conquis une foule de joueurs.

"Avec ce type de jeu, nous voulions que le joueur utilise son esprit. Vous débutez dans une zone et vous ne savez pas dans quelle direction aller et ce qu'il faut faire."

La richesse de la cartouche est telle que l'aventure n'est jamais linéaire. Vous pouvez décider de pénétrer dans les grottes qui s'offrent à vous ou au contraire poursuivre votre chemin pour découvrir une nouvelle zone de jeu. Cela n'a d'ailleurs pas été simple de trouver un juste équilibre. En effet, l'équipe se devait de guider le joueur tout en l'invitant à réfléchir à la résolution des problèmes s'offrant à lui.

Un jeu intemporel

Le compositeur Koji Kondo est également fait de véritables merveilles avec le chip sonore de la Famicom. Utilisant les outils de l'époque, il a réalisé plusieurs musiques dont le cultissime thème de Zelda. Cela peut paraître un peu "cheap" aujourd'hui, mais autrefois, les musiques étaient très limitées dans les jeux. Elles apparaissaient très basiques, avec quelques notes. Connu sous le nom "The Hyrule of Fantasy : Legend of Zelda" durant son développement, le jeu a été produit par Shigeru Miyamoto tandis que Takashi Tezuka s'est chargé de l'écriture et de l'histoire. The Legend of Zelda est un jeu d'aventure qui offre neuf donjons, des secrets par dizaine, des items à débusquer, des monstres à occire... le tout, avec la possibilité de sauvegarder grâce à une pile prévue à cet effet. Dans un premier temps, seules deux Triforce font leur apparition (Pouvoir et Sagesse). La troisième, celle du Courage, n'apparaîtra que bien plus tard. En revanche, l'antagoniste principal, Ganon, est présent dès le départ. C'est lui qui a kidnappé la Princesse Zelda et qui sème la terre sur le monde d'Hyrule. Quand on y pense, The Legend of Zelda n'est pas forcément gigantesque (en fait, le jeu se compose de 128 écrans, avec 16 écrans à l'horizontale et 8 à la verticale) mais il l'est bien plus que n'importe quel titre de l'époque.

Considéré comme l'un des personnages les plus influents du jeu vidéo, Link est devenu le héros d'un jeu mythique: The Legend of Zelda. La prochaine fois, nous nous intéressons à sa suite : The Adventure of Link, avec un Miyamoto qui a pris à contre-pied tous les fans du premier volet. Rendez-vous le mois prochain pour la suite ; )

L'avis de la communauté

Sois le premier à écrire un commentaire.


24/02/2014 00:33:31 Manga (Membre)

Manga

Tout à fait, on va faire des dossiers sur la saga au fil des mois. Et pour cette première, on a choisi le thème de The Legend of Zelda ^^ Il y aura beaucoup de choses à dire sur les incroyables versions Game Boy, N64 mais aussi SNES :)

23/02/2014 22:34:33 RiKun (Membre)

RiKun

Ho Link !! J'ai commencé par la version super nes. puis j'ai enchainé avec les versions game boy et N64. J'espère que vous allez écrire pour les autres consoles.

Partage ton avis

Icône twitter icône facebook Icône google plus Icône youtube